Institut de la mécanique des turbulences #1 :: Mardi 14 juin à partir de 18h00


« Notre oreille réclame sans cesse de plus vastes sensations acoustiques. La musique piétine en s’efforçant vainement de créer une nouvelle variété de timbres. Il faut rompre à tout prix ce cercle restreint de sons purs et conquérir la variété infinie des sons-bruits. Je ne puis guère réprimer trop longtemps mon désir fou de créer enfin une véritable réalité musicale en distribuant à droite et à gauche de belles gifles sonores, enjambant et culbutant violons et pianos, contrebasses et orgues gémissantes ! Sortons !  »
C’est Luigi Russolo, précurseur de la musique concrète et électronique, qui dans l’art du bruit (1913) vous invite personnellement à cette semaine du 14 au 19 juin au Videodrome 2. Retenons qu’il était peintre aussi et que l’image tiendra sa place dans cette programmation imaginée avec la classe du conservatoire d’électroacoustique de Pascal Gobin, l’association DodesKaden, Data. Nous vous proposons donc d’assister à la rencontre fortuite, des machines à projeter du son et de l’image, de pièces du répertoire de l’électroacoustique et de films dits expérimentaux.

 

 

Mardi 14 juin à partir de 18h00
Videodrome 2, 49 Cours Julien, 13006 Marseille

18h – entrée libre
:: LABORATOIRE DE L’OUÏE

Et parce que la vie bat son plein à ces endroits de rencontre, un laboratoire de l’ouie précédera chaque soirée proposant en live, des improvisations de projections sonores et filmiques.

20h30 – entrée à prix libre
:: INSTITUT DE LA MECANIQUE DES TURBULENCES

Programme enchâssé de pièces du répertoire d’électroacoustique et de films expérimentaux.
Les pièces d’électroacoustique seront toutes interprétées en live et diffusées sur un acousmonium.

:: Musique électroacoustique
Hétérozygote

Luc Ferrari – 1963, France  26min19

« Et à propos d’Hétérozygote, pensez-vous qu’on puisse classer cette œuvre également dans la catégorie Hörspiel, en raison notamment de sa structure narrative ?
Oui Hétérozygote, on pourrait le considérer comme un Hörspiel, on pourrait aussi le classer dans la catégorie qu’on aime bien appeler « cinéma pour l’oreille ». Luc aimait bien l’idée que l’auditeur se fabrique ses propres images et scènes en écoutant. Bien entendu il souhaitait aussi susciter des sensations et des émotions, mais cela dans toutes ses œuvres »
Extrait de l’interview de Evelyne Gayou interrogeant Brunhild Ferrari


:: Film
Au bord du lac
Patrick Bokanowski – 1994, France, 6min (35mm- couleur sonore)

Métamorphoses au bord d’un lac.
Musique de Michèle Bokanowski.

 

:: Musique électroacoustique
Sonate avec Likenbé
Marcel Frémiot – 1971, France  9min30

L’oeuvre présente une démarche originale, en proposant la mise en œuvre, dans une pièce de musique concrète, du modèle de la sonate classique. Le matériau sonore est issu d’une seule source, une sanza africaine.
Marcel Frémiot est l’un des fondateurs du GMEM et a créé la classe de musique électroacoustique du conservatoire de Marseille.

 

:: Film
Passage à l’acte
Martin Arnold – 1993, Autriche, 12min (16mm)

« Une famille américaine à table, enfermée dans le rythme cadencé de la table de montage. La courte séquence originale est parlante, elle est d’une harmonie classique et trompeuse, passant outre tout ce qui est essentiel pour empêcher l’aliénation. Arnold démonte ce scénario quotidien en brisant sa continuité originale. Il s’attarde sur les bruits de tôle, laisse les mouvements bizarres des acteurs en suspens. Le message supprimé, perdu, profondément ancré derrière cette idylle de famille s’appelle la guerre.»
Stefan Griessemann

 

:: Musique électroacoustique
Bye Bye Butterfly
Pauline Oliveiros – 1997, Etats-Unis, 8min04

« J’ai fabriqué Bye Bye Butterfly comme une performance de studio en temps réel, à une époque où cela était peu courant. J’ai inventé une technique qui me permettait de jouer mes pièces au lieu de les monter . J’ai voulu ajouter un enregistrement à mon « mix », et j’ai pris un disque qui se trouvait là dans le studio, je l’ai posé sur la platine. Il est apparu être un extrait de Madame Butterfly. J’ai alors improvisé avec celui- ci en temps réel.
Pauline Oliveiros

 

:: Film
Oh I can’t Stop
Zbig Rybczynski – 1975, Pologne, 10min (video coul sonore)

Un monstre se déplace très rapidement et dévore tout ce qu’il rencontre : personnes, animaux, voitures, immeubles.

 

> Voir toutes les séances du cycle de l’institut de la mécanique des turbulences à Videodrome 2

 

Ouverture de la billetterie 30 minutes avant le début de chaque séance

> Voir toutes les séances cinéma

 

Advertisements