Cinéma soviétique – 20 ans après, juste avant la chute :: Jeudi 12 novembre à 20h

Pour terminer notre cycle consacré au cinéma soviétique des années 60, nous avons décidé de montrer des films postérieurs réalisés par les cinéastes emblématiques de cette période. « Du passage du temps et de l’histoire sur des créateurs ».
Ce jeudi 12 novembre, nous vous proposons La légende de la forteresse de Souram de Sergueï Paradjanov.

 

Jeudi 12 novembre à 20h
Videodrome 2, 49 Cours Julien, 13006 Marseille
> Voir le plan

 

La légende de la forteresse de Souram
Sergueï Paradjanov – 1986, URSS, 1h30, VOstFR
Dans des temps reculés, les Géorgiens décidèrent de construire une forteresse pour défendre leur pays contre les invasions. Mais celle-ci s’effondre dès que l’on parvient au niveau du toit.
Un jeune garçon, Doumichkhan, vient de se fiancer. Mais, affranchi par le Grand Prince, son seigneur et maître, il part à l’aventure. En chemin, un riche marchand se lie d’amitié avec lui et en fait son héritier. Le jeune homme renie son passé et sa religion. Il se marie et a un fils, Zourab. L’enfant grandit et rêve de devenir un héros. Dans une maison troglodyte, il rencontre la devineresse, qui n’est autre que l’ancienne fiancée de son père. Sa prédiction est grave : la forteresse ne sera achevée que si un beau garçon accepte d’y être emmuré vivant…
Pour purifier l’infidélité de son père et préserver la liberté de sa patrie, Zourab se sacrifie. La nuit, en présence du tailleur de pierre et d’un joueur de cornemuse, le jeune héros est enseveli vivant dans les fondations. À la grande joie du peuple qui savoure enfin la victoire, la forteresse de Souram se dresse fièrement face à l’envahisseur.

Réalisé après quatre années au goulag, Paradjanov montre avec La Légende de la forteresse de Souram, inspiré d’une vieille légende géorgienne, son sens de la fresque épique et son goût pour la tradition du conte oral.

« Le film est dédié à la mémoire des guerriers géorgiens de tous les temps qui donnèrent leur vie pour la patrie et pour la liberté. La légende du jeune homme muré vif dans l’enceinte de la forteresse de Souram inspira des romans d’écrivains comme Tchongadze, Lordkipanidzé, Souliachvili. Nous n’avons fait que les suivre à la trace. »

> Voir les séances consacrées au cinéma soviétique

 

:: Les tarifs des projections cinéma

5€ la séance sans adhésion
4€ la séance avec l’adhésion annuelle
3€ la séance avec l’adhésion de soutien
2€ pour les enfants et séances du mercredi

adhésion annuelle à l’association : 5€
adhésion de soutien à l’association : 20€

Ouverture de la billetterie 1h avant le début de chaque séance

 

> Voir toutes les séances cinéma

 

Publicités