Cinéma soviétique – 20 ans après, juste avant la chute :: Mardi 10 novembre à 20h

Pour terminer notre cycle consacré au cinéma soviétique des années 60, nous avons décidé de montrer des films postérieurs réalisés par les cinéastes emblématiques de cette période. « Du passage du temps et de l’histoire sur des créateurs ».
Ce mardi 10 novembre, nous vous proposons Requiem pour un massacre de Elem Klimov.

 

Mardi 10 novembre à 20h
Videodrome 2, 49 Cours Julien, 13006 Marseille
> Voir le plan

 

Requiem pour un massacre
Elem Klimov – 1985, URSS, 2h30, VOstFR
Biélorussie, 1943. Le pays est envahie par les troupes nazies qui se livrent à des exactions abjectes. La guerre est vue du point de vue de Fiora, un adolescent de 15 ans, qui s’engage aux côtés des partisans avant de découvrir l’inimaginable horreur de la guerre dépassant tout ce qu’il pouvait concevoir…

Le titre russe de ce film est Va et regarde, adaptation d’un verset de l’Apocalypse « Viens et vois ».
Va et regarde l’horreur à laquelle la guerre nous mène et nous condamne.
Elem Klimov a attendu sept ans avant d’obtenir le feu vert pour tourner son film. En cause, l’extrême violence frontale de ses images, peu habituelle du cinéma soviétique, dépeignant sans concession la barbarie. A la démesure de ce qu’il y raconte, le tournage du film aura été d’une rigueur conférant au calvaire. Neuf mois de conditions épouvantables pour atteindre un réalisme glaçant. Véritables balles de mitraillettes employées, véritables obus militaire lâchés, véritables rescapés des massacres engagés par souci d’authenticité, psychologue en permanence à même le plateau pour prendre soin des comédiens, en particulier du jeune adolescent de 15 ans, Alexeï Kravtchenko, dont le film épouse le regard… Un jeune acteur qui manquera à plusieurs reprises de mourir lors du tournage de séquences à la dangerosité qui explose des quatre coins de l’écran (il fut couché dans un champ alors que des pluies de balles réelles fusaient au-dessus de sa tête tuant une vache à proximité, manqua de peu de se noyer lors d’une séquence dans un marécage).

Mais à l’arrivée de ce déluge de violence, une expérience cinématographique extraordinaire. Vraiment extraordinaire.

> Voir les séances consacrées au cinéma soviétique

 

:: Les tarifs des projections cinéma

5€ la séance sans adhésion
4€ la séance avec l’adhésion annuelle
3€ la séance avec l’adhésion de soutien
2€ pour les enfants et séances du mercredi

adhésion annuelle à l’association : 5€
adhésion de soutien à l’association : 20€

Ouverture de la billetterie 1h avant le début de chaque séance

 

> Voir toutes les séances cinéma

 

Publicités