Institut de la mécanique des turbulences #3 :: Jeudi 16 juin à partir de 18h00

« Notre oreille réclame sans cesse de plus vastes sensations acoustiques. La musique piétine en s’efforçant vainement de créer une nouvelle variété de timbres. Il faut rompre à tout prix ce cercle restreint de sons purs et conquérir la variété infinie des sons-bruits. Je ne puis guère réprimer trop longtemps mon désir fou de créer enfin une véritable réalité musicale en distribuant à droite et à gauche de belles gifles sonores, enjambant et culbutant violons et pianos, contrebasses et orgues gémissantes ! Sortons !  »
C’est Luigi Russolo, précurseur de la musique concrète et électronique, qui dans l’art du bruit (1913) vous invite personnellement à cette semaine du 14 au 19 juin au Videodrome 2. Retenons qu’il était peintre aussi et que l’image tiendra sa place dans cette programmation imaginée avec la classe du conservatoire d’électroacoustique de Pascal Gobin, l’association DodesKaden, Data. Nous vous proposons donc d’assister à la rencontre fortuite, des machines à projeter du son et de l’image, de pièces du répertoire de l’électroacoustique et de films dits expérimentaux.

 

Jeudi 16 juin à partir de 18h00
Videodrome 2, 49 Cours Julien, 13006 Marseille

18h – entrée libre
:: LABORATOIRE DE L’OUÏE

Et parce que la vie bat son plein à ces endroits de rencontre, un laboratoire de l’ouie précédera chaque soirée proposant en live, des improvisations de projections sonores et filmiques.

20h30 – entrée à prix libre
:: INSTITUT DE LA MECANIQUE DES TURBULENCES

Programme enchâssé de pièces du répertoire d’électroacoustique et de films expérimentaux.
Les pièces d’électroacoustique seront toutes interprétées en live et diffusées sur un acousmonium.

:: Musique électroacoustique
L’île re-sonante
Eliane Radigue – 2005, France, 55 min 22

Oeuvre minimaliste, méditative d’un compositrice, originale indépendante et inclassable. Lente progression autour d’infimes variation de textures, de transparence, de légers mouvements d’agitation (la houle?), la pièce de 55 minutes invite à l’écoute et ouvre des espace imaginaires d’une très grand richesse.

 

:: Film
Il pianeta Azzuro
Franco Piavoli – 1981, Italie, 80 min

Une année de vie sur la planète Terre: les quatre saisons se passent le relais, mais grâce au montage des images et des sons, le temps du film est aussi celui d’une seule journée. Un poème visuel novateur qui propose une expérience du regard inédite sur la Nature, le Temps et l’Homme.

 

> Voir toutes les séances du cycle de l’institut de la mécanique des turbulences à Videodrome 2

 

 

> Voir toutes les séances cinéma

 

Publicités