Don(t) acte par Peuple & Culture Marseille :: jeudi 14 avril à 20h


Fin avril aura lieu à Marseille le Salon Festidoni, un événement important,  une belle initiative qui va promouvoir le don sous toutes ses formes. En partenariat avec La Plateforme, Peuple & Culture Marseille a décidé de rebondir sur ce sujet à l’occasion de cette quatrième soirée « État des choses », avec l’envie de porter un regard décalé et sans concession sur la question. Car bien sûr, l’acte de donner est loin d’être neutre, et, même s’il se fonde sur des intentions bienveillantes, ce sont aussi et bien souvent des mécanismes de domination qui sont en jeu. Pour l’occasion, c’est , Kashima Paradise de Yann Le Masson qui a été choisi pour illustrer leurs réflexions. Yann Le Masson est une légende du cinéma direct dont chaque film balisa l’histoire du geste documentaire. Coréalisé avec Bénie Deswarte, Kashima Paradise est son chef-d’œuvre.

 

Jeudi 14 avril à 20h
Videodrome 2, 49 Cours Julien, 13006 Marseille
> Voir le plan

En partenariat avec La Plateforme et en présence des organisateurs du salon Festidoni

Projection suivie d’une discussion

En 1973, Yann le Masson et Benie Deswarte tournent Kashima Paradise dans un Japon sous tension, ou économie traditionnelle et capitalisme naissant s’affrontent durement, à l’image du combat des paysans de la région de Tokyo qui se battent contre la construction de l’aéroport de Narita. Dans cette oeuvre complexe, une partie du film traite précisément de la question du don et de son ambigüité.

Kashima Paradise
Yann le Masson, Benie Deswarte – 1973, France, 1h50, VOstFR

Enquête au scalpel sur la société japonaise, mais aussi grand film d’action, Kashima Paradise est un monument du cinéma direct. Ce portrait sociologique en images d’une nation en plein essor économique démontre comment les traditions ancestrales de la société japonaise ont été utilisées par le capital pour servir de moteur aux mutations sociales et politiques.

Radiographie radicale du capitalisme nippon et véritable vivisection du pays, la violence spectaculaire des scènes finales, mettant aux prises à Narita forces de l’ordre et paysans opposés à la construction d’un aéroport, lui valut d’être comparé aux plus grands maîtres du septième art : Eisenstein, Fellini, Kurosawa. Arrimé à l’Histoire immédiate, témoignant de la fureur du monde, Yann Le Masson reste paradoxalement un très grand cinéaste de l’intime, filmant la perte, la maladie d’un proche ou l’émotion de la naissance avec une dignité bouleversante comme autant d’expériences personnelles rattachant chacun à l’universalité.

« Kashima Paradise est un film complet au sens où l’on peut dire d’un homme qu’il est complet, c’est-à-dire quand il a abattu en lui un certain nombre de ces cloisons étanches que tous les pouvoirs encouragent pour rester seuls maîtres de la communication entre des domaines réputés inconciliables. Exemples ? Une sociologue qui se rend au Japon pour y élaborer une thèse de troisième cycle sur le sujet « Société rurale et industrialisation rapide dans un pays capitaliste avancé », voici une entreprise définie, classée, bien cadrée dans ses propres limites.
Un opérateur de cinéma qui se rend au Japon pour tourner un film sur la métamorphose des campagnes industrialisées, voilà une autre entreprise également définie, également classée. La lente mutation professionnelle, psychologique, sociale d’un paysan japonais qui vit les transformations un peu hallucinantes de son environnement, c’est une aventure d’un autre ordre, relevant au mieux de l’observation scientifique et froide du sociologue, à l’usage de lecteurs scientifiques et froids, échappant par principe à l’observation des cinéastes, gens pressés et peu outillés pour l’étude en profondeur.

Une région qui passe en un an de l’agriculture quasi médiévale à la surréalité industrielle, avec la construction d’un énorme complexe pétrochimique, le plus grand port artificiel du monde, le plus grand combinat du Japon, c’est encore autre chose, un sujet pour économistes ou poètes épiques, s’il en existait encore.
Un couple qui quitte Paris et sa fausse élite pour vivre d’aussi près que possible la vie quotidienne d’une société réelle, rurale de surcroît, c’est tout à fait autre chose, une aventure personnelle aux limites de l’incommunicable.

Or voici que tout communique: la sociologue est venue au Japon avec le cinéaste, un conseil judicieux les installe dans un village que le développement du combinat modifie à tous les niveaux, le paysan en qui se répercute cette modification entretient des rapports de confiance avec le couple, et mieux encore, dans ce courant de communication qui s’établit, les actions se renversent, les rapports s’échangent : les enquêteurs sont questionnés, la recherche nourrit le film, le film questionne la recherche à tel point qu’à l’arrivée, le sujet sera différent, qu’il se centrera sur un thème né du film, la vie même du couple transformée par l’entreprise, plus personne ne sera neutre, la vie aura fait son entrée, elle aura tout irrigué, la sociologie, le cinéma, le village, l’enquête, l’usine, le film…

Une des clefs de ce bouleversement, cette chose qui manque le plus à la plupart d’entre nous, particulièrement aux cinéastes: le Temps. Le temps de travailler, et aussi, et surtout de ne pas travailler. Le temps de parler, d’écouter, et surtout de se taire. Le temps de filmer et de ne pas filmer, de comprendre, et de ne pas comprendre, de s’étonner, et d’attendre l’au-delà de l’étonnement, le temps de vivre. Le temps de s’habituer aussi, de part et d’autre, et ce n’est pas rien. Même si la limitation de l’équipe de tournage, à deux personnes, réduit déjà le traumatisme martien que provoque un vrai tournage, le temps continue d’apprivoiser, de familiariser.

On s’habitue à cette caméra que Yann porte à l’œil comme un myope chausse ses lunettes, pour mieux vous regarder, mon enfant. On s’habitue à ce micro que Bénie Deswarte porte au devant de l’interlocuteur comme un cornet acoustique de nos grands- mères (agréable grand-mère). On s’habitue à leur présence, à ce myope et cette sourde amnésiques en plus, qui notent tout, enregistrent tout pour raconter là-bas, au pays. On les interroge sur ce pays lointain, cet archétype de la civilisation technique, qui est en train de frapper à la porte. Là encore, d’autres communautés, d’autres inversions. C’est la femme qui parle japonais dans ce pays d’hommes. L’homme se tait et regarde, mais regarde fort. On s’habitue à la présence parlante, médiatrice de l’une, à la présence silencieuse, enregistreuse de l’autre.
Au bout de l’aventure, Kashima Paradise, le film des cloisons abattues, où la beauté exceptionnelle de l’image, la rigueur de la méthode, la connaissance des forces en jeu, économiques et politiques, l’intimité réelle avec les hommes, s’étayent mutuellement, où la sensibilité de l’image préserve l’intelligence d’être froide, où l’acuité de l’analyse protège le spectacle de son propre enchantement – l’éblouissement visuel de certains moments, l’enterrement du militant avec ses hélicoptères felliniens, la bataille de Narita avec ces CRS teutoniques, venant baigner tout cela de la seule beauté véritable, celle qui est donnée par surcroît lorsque, sur une entreprise des hommes qui est d’abord une recherche de vérité, elle vient signifier l’approbation des dieux. On sait que le symbole des privilèges magiques du cinéma est souvent « la fleur tournée en accéléré », cette intrusion d’un autre temps dans le temps familier. Voilà peut être le premier film où l’histoire est filmée comme une fleur. » Chris Marker

 

:: Les partenaire de programmations

Peuple & Culture Marseille est une association culturelle d’éducation populaire membre du réseau national Peuple & Culture né en 1945. Elle mène des actions autour de la langue et de l’image, et plus particulièrement de la littérature et du cinéma documentaire à travers des activités de diffusion, de médiation, de pratique, de formation et d’échanges interculturels.

 

La Plateforme est née en 2007 de la volonté d’explorer et de valoriser les richesses issues de l’intelligence relationnelle dans les organisations collectives. Elle veut mettre en jeu une autre appréhension des richesses et être un support d’intelligence collective qui suscite rencontres et coopération entre citoyens, professionnels, entreprises de tout statut, consultants, chercheurs, artistes…Elle s’appuie sur l’échange d’expériences, de points de vue, de ressources, le croisement d’approches et d’univers professionnels divers, l’expérimentation, la prospective partagée

 

> Voir toutes les séances proposées par Peuple & Culture Marseille au Videodrome 2

 

:: Les tarifs des projections cinéma :

5€ la séance sans adhésion
4€ la séance avec adhésion
2€ pour les moins de 14 ans
2€ pour les séances jeune public

Adhésion annuelle à l’association : à partir de 5€
La carte 10 séances + adhésion annuelle : 40€

Ouverture de la billetterie 30 minutes avant le début de chaque séance

> Voir toutes les séances cinéma

 

Publicités