hommage à Jacques Rivette :: La belle Noiseuse :: Jeudi 24 mars à 20h

Lorsque Martine Marignac, productrice de tous les films de Rivette depuis Le pont du nord (1982), annonça à Michel Piccoli que le cinéaste songeait à lui confier le rôle principal de La Belle Noiseuse, l’acteur s’empressa de répondre : « Dis à Jacques que je fais le peintre ou le modèle, ça m’est complètement égal ! ».
« Le moine gai », ainsi Michel Piccoli surnomma t-il une des grandes figures, et surement la plus méconnue, de la bande des cinq (Rohmer, Truffaut, Godard et Chabrol). Jacques Rivette est mort le vendredi 29 janvier, à l’âge de 87 ans et nous vous proposons de découvrir ou de redécouvrir dans sa version longue l’un de ses plus grands films.

 

Jeudi 24 mars à 20h
Videodrome 2, 49 Cours Julien, 13006 Marseille
> Voir le plan

 

La belle noiseuse
Jacques Rivette – 1991, France, 4h

Accompagné de son amie Marianne, Nicolas , un jeune peintre au talent prometteur, se rend en Provence, durant un été caniculaire, afin de visiter l’atelier du grand maître Frenhofer qui, depuis plusieurs années, vit reclus avec sa femme Liz , sans plus jamais exposer son travail. Dans l’atelier de Frenhofer, Nicolas et Marianne découvrent plusieurs toiles inachevées, parmi lesquelles La Belle Noiseuse, sa dernière grande oeuvre abandonnée voilà plusieurs années et pour laquelle Liz servit de modèle. Son galeriste suggère à Frenhoher de reprendre La Belle Noiseuse en faisant poser Marianne, et Nicolas conclut l’affaire en l’absence de la jeune femme. Lorsqu’elle apprend que son amant l’a en quelque sorte « cédée » au grand peintre, pour qui elle devra poser nue, Marianne se fâche contre Nicolas et, mue par un désir de provocation ou une réelle curiosité, elle décide de relever le défi.
Insatiable Homo eroticus, Frenhofer se propose de se dépasser et de dépasser les limites de son art en travaillant à créer l’image, plus vive que nature, de la femme qu’il a prise au départ pour modèle, une courtisane, la Belle Noiseuse.

Passionnant document sur le travail de l’art en train de se faire, formidable projet d’un film  guidé par ses instincts, tentative ébouriffante de rejoindre une fois encore par la pratique l’axiome que Rivette, jeune critique aux Cahiers du cinéma, avait posé sur le cinéma suivant lequel  « tout film est un documentaire sur son propre tournage » (belle idée fixe, qu’il ne trompera jamais), idéal exemple d’un cinéma moderne épris d’images d’un temps se déroulant , La Belle Noiseuse (adapté du texte de Balzac, Le Chef-d’oeuvre inconnu) est, l’un des films les plus courageux qui soient sur les passions humaines et leur mise à nu.

 

:: Les tarifs des projections cinéma

5€ la séance sans adhésion
4€ la séance avec adhésion
2€ pour les moins de 14 ans
2€ pour les séances jeune public

Adhésion annuelle à l’association : à partir de 5€
La carte 10 séances + adhésion annuelle : 40€

Ouverture de la billetterie 30 minutes avant le début de chaque séance

 

> Voir toutes les séances cinéma

 

Publicités