Carte blanche à Aflam, cycle « famille » :: Vendredi 18 mars à 20h

Après le cycle Résistances en méditerranée, Aflam entame une nouvelle cession de projection sur le thème de la famille. Pour inaugurer ce nouveau cycle il nous propose le film d’Amor Hakkar, La preuve.


Vendredi 18 mars à 20h
Videodrome 2, 49 Cours Julien, 13006 Marseille
> Voir le plan

Entrée à prix libre

Ouverture de la billetterie 30 minutes avant le début de chaque séance

 

La preuve
Amor Hakkar– 2014, Franco/Algérien, 1h35, VOstFR

Nous sommes à Kenchela, dans les Aurès, là où est né Amor Hakkar. Un chauffeur de taxi est marié avec une veuve et aime tendrement les deux enfants de sa femme. Le couple voudrait un garçon, mais cela ne vient pas. Ali (excellent Nabil Asli, qui jouait le repenti chez Merzak Allouache) consulte discrètement un médecin et va dans une ville éloignée faire les analyses qui lui révèlent sa stérilité. Sa vie basculera alors dans un piège dont il ne pourra se tirer qu’en révélant son état.

Amor Hakkar continue ici l’exploration de l’intimité masculine qu’il développe avec une grande sensibilité de film en film. Jamais il ne dénonce qui que ce soit. Ses personnages secondaires sont le plus souvent sympathiques, ouverts, sans haine, faisant leur boulot. Son projet est simplement de ramener sur le terrain de l’humanité ce qui reste publiquement passé sous silence ou objet de rejet : l’homosexualité dans Quelques jours de répit (2011), la mort du fils dans La Maison jaune (2007), la marginalité dans Sale temps pour un voyou (1992). Ce faisant, il affermit un style d’une grande épure dans des films avares de dialogues, à la mise en scène sans effets, centrés sur l’expression de l’invisible par la retenue et le rythme des corps et qui laissent aux personnages le temps d’exister à l’écran, à l’intrigue le temps de s’installer et au spectateur le temps de résonner. L’attention d’Amor Hakkar aux êtres et à leur inscription dans l’espace, le soin du cadre et des couleurs, la musique à nouveau signée par Joseph Macera, ne marquent pas l’originalité d’une mise en scène somme toute assez classique mais sont les signes d’une grande délicatesse d’approche que l’on pouvait rencontrer par exemple récemment dans Yema de Djamila Sahraoui ou L’Armée du salut d’Abdellah Taïa.

Olivier Barlet

 

:: Le partenaire de programmation

Aflam est une association née en 2000 de l’intérêt commun de Marseillaises et de Marseillais pour les cultures arabes à travers l’image et le cinéma.
Riches d’un patrimoine cinématographique qui témoigne de leur histoire, les pays arabes ont tous développé une production cinématographique spécifique. Aflam souhaite donner une visibilité et un espace à ces cinémas peu connus à Marseille et dans la région pour favoriser une meilleure connaissance des cultures arabes et encourager les échanges autour des films réalisés au Maghreb, au Proche-Orient, et au sein des diasporas arabes.

> Voir toutes les séances cinéma

 

Advertisements