VidéoFid 2ème séance :: Mercredi 24 février à 18h

C’est avec le très beau film de Gaël Lépingle, Julien, Grand Prix de la Compétition Française 2010, que s’inaugure le partenariat entre Videodrome 2 et le FIDMarseille. Il s’agit de prolonger le travail de VidéoFid, qui diffuse tout au long de l’année des films des catalogues du festival. En présence du réalisateur du film, Gaël Lépingle.

Mercredi 24 février à 18h
Videodrome 2, 49 Cours Julien, 13006 Marseille
> Voir le plan

Julien
Gaël Lépingle – 2010, France, 1h20

Julien avait 18 ans. Cet été-là, il faisait le chevalier dans le spectacle du village. Mais il s’apprêtait aussi à quitter ses amis, ses parents, les paysages de son enfance, à gagner sa vie. Aussi, on pourrait dire : il était une dernière fois. Entre la Beauce et le Val de Loire, le dernier été.
Avec : la voix de Maurice Bénichou

Ce qui semble caractériser le cinéma de Gaël Lépingle, c’est une forme d’engagement, de présence à ce qu’il filme. Julien est comme la chronique d’un dernier été, d’une discontinuité : la fin de l’adolescence, le départ du foyer familial. Mais bien loin d’un discours sociologique, c’est au passage du temps que le film nous convoque, à l’épopée de nos propres vies, à la richesse de nos rêves, de nos espoirs. A la beauté de la jeunesse.

« Gaël Lépingle affectionne ce qu’il appelle « le temps désaccordé ». Il en avait fait le titre d’un portrait du cinéaste Guy Gilles en 2008 et, auparavant, la matière première de l’évocation d’une membre d’Action Directe dans sa rigoureuse Prisonnière du Pont-aux-Dions (FID 2006). De Julien, si le synopsis fait mince (« des adolescents jouent aux chevaliers, se rêvant un destin, une quête, qui les mèneraient loin de la Beauce où ils ont grandi »), il indique encore assez ce désaccord majeur. Entre une jeunesse et ses rêves, entre la campagne française et un ailleurs ignoré, entre l’enfance et le fade imaginaire adulte qui menace de l’effacer. C’est à l’endroit de cet « entre », fissures, chiches intervalles, que le film va insister et se loger pour inventer une écriture à lui, âpre et sophistiquée à la fois. D’une part, le matériau documentaire abonde : les champs battus de machines agricoles, les routes empruntées à scooter à deux, les maisonnées blêmes d’un paysage transformé en lointaine banlieue, les visages butés des ados, leur rituel gravement dansé, leurs projets d’avenir mécaniquement débités. Mais, d’autre part, Lépingle refuse de croire que cette fatalité fasse verdict, car il entend, sous les poses et les mutismes, gronder autre chose. Si l’appétit épique et le lyrisme grandissent ses « personnages » ailleurs, c’est qu’à l’évidence son regard les y accompagne avec amour. Et c’est à l’occasion d’un spectacle son et lumière médiéval que vont s’affronter tous les régimes d’un temps maintenu, comme en état de grâce, désaccordé. »

Jean-Pierre Rehm

 

:: Le partenaire de programmation

VidéoFID, la vidéothèque du festival est ouverte au public dans nos locaux tout au long de l’année, avec mise à disposition du fonds recueilli au fil des éditions précédentes du festival et riche de plus d’un millier de titres (Compétitions, écrans parallèles, vidéothèque bis) en visionnage individuel sur place.
VidéoFID, c’est aussi la programmation de films présentés au festival, lors de rendez-vous mensuels, les soirées VidéoFID. Ces projections ont lieu en présence du réalisateur, dans les locaux du FID et sont suivies par une discussion animée par Jean-Pierre Rehm.

 

:: Les tarifs des projections cinéma :

5€ la séance sans adhésion
4€ la séance avec adhésion
2€ pour les moins de 14 ans
2€ pour les séances jeune public

Adhésion annuelle à l’association : à partir de 5€
La carte 10 séances + adhésion annuelle : 40€

Ouverture de la billetterie 30 minutes avant le début de chaque séance

> Voir toutes les séances cinéma

Advertisements