La maison, le monde – Communautés im-probables : Carte blanche à Olivier Puech :: Vendredi 5 février à 20h

Le troisième film proposé par Olivier Puech est le film de Shinji Aoyama, Eureka, considéré à sa sortie en 2000 comme un film de la plus haute importance, portant en lui tous les espoirs de la génération post-Kitano. Le revoyant, on comprend cet enthousiasme. La douceur y est inouïe et le temps rebâti.

 

:: À propos du cycle « La maison, le monde – Communautés im-probables »

« Ces films nous parlent d’individus d’horizons différents qui se réunissent pour créer ensemble une cellule intime, en réaction à leur expérience du monde. Un faire ensemble que rien ne laissait prévoir et qui ira jusqu’au bout, jusqu’à la résolution de la problématique qui les a fédérés. Le motif de la maison, de l’enfance mais aussi de l’échappée y sont récurrents car à l’extérieur les forces à l’œuvre sont oppressantes incontrôlables et annihilantes. Il s’agit de reconquérir quelque chose de perdu sans regarder en arrière et d’ouvrir sur un ailleurs…Utopie ou nihilisme, destruction ou reconstruction qu’importe, l’essentiel c’est la traversée, la façon dont le spectateur interprétera les actes des protagonistes, le sens qu’il donnera à leur entreprise. » Olivier Puech

> Voir toutes les séances proposées par Olivier Puech

 

Vendredi 5 février à 20h
Videodrome 2, 49 Cours Julien, 13006 Marseille
> Voir le plan

 

Euréka
Shinji Aoyama – 2000, Japon, 3h37, VOstFR
Au milieu de la campagne japonaise, un bus est détourné par un homme devenu fou. Trois personnes vont survivre au massacre, le chauffeur et deux enfants, un frère et une soeur. Ils vont unir leurs solitudes, formant une communauté dont l’expérience indicible mais partagée assure la cohésion et les exclut de leur environnement social. Ils vont alors faire un voyage de résurrection, essayer de vivre, malgré les démons qui viennent les hanter chaque nuit, malgré cette question obsédante : Pourquoi est-ce si difficile de ne pas avoir été tué ?
Les trois personnages d’Eureka se trouvent confrontés à la même question qui les met en péril : celle des causes et de la responsabilité. Toute réponse consiste en une recherche de sens et Aoyama nous montre que l’on n’obtient jamais seul le salut, que celui-ci n’existe vraiment que dans sa propagation.
Eureka. Le mot résonne comme une victoire, un surgissement et un aboutissement en même temps que la perspective de nouveaux territoires.
La chanson homonyme de Jim O’Rourke qui rentre en diégétique avant de s’étendre en fond dans une séquence magistrale est une parfaite traduction de la manière dont la mélancolie des personnages nous traverse en une catharsis métaphorique : “L’image a pour spécificité d’émouvoir donc de mouvoir, les images ne disent rien, elles font dire, toute image doit toujours laisser à désirer” (Marie-José Mondzain).

Mais le film est loin de se résumer à cela. Il est avant tout une expérience perceptive que l’on habite. Dans ce noir et blanc sépia d’une douceur inouïe, la durée du film anéantit jusqu’à la perception du temps, pour en faire une expérience unique, laissant des traces durables. Car le cinéma c’est d’abord du temps : “Ce n’est pas un son, une parole, un bruit, une musique. Ce n’est pas une image, un paysage, une attitude, un geste. Mais un tout indissociable, étalé dans une durée qui le pénètre et en détermine l’essence même. Ici entre en jeu la dimension temps” disait Michelangelo Antonioni influence majeure (avec John Ford) de Shinji Aoyama. Le film échappe pourtant au piège de la longueur. Aoyama l’anime d’une intrigue parallèle (un tueur de femmes rôde) d’une drôlerie parfois aussi efficace qu’inattendue. Une trivialité comique fait alors intrusion dans ce film contemplatif d’une rare beauté et touché par la grâce.
Par Olivier Puech

 

:: Les tarifs des projections cinéma

5€ la séance sans adhésion
4€ la séance avec adhésion
2€ pour les moins de 14 ans
2€ pour les séances jeune public

Adhésion annuelle à l’association : à partir de 5€
La carte 10 séances + adhésion annuelle : 40€

Ouverture de la billetterie 30 minutes avant le début de chaque séance

 

> Voir toutes les séances cinéma

 

Publicités