Aferim ! :: Samedi 30 janvier à 20h

Valachie, 1835. Un brigadier et son fils sillonnent la lande à cheval, engagés par un boyard pour retrouver un de ses esclaves tziganes qui aurait commis l’irréparable : séduire la femme de son propriétaire.

 

Samedi 30 janvier à 20h
Videodrome 2, 49 Cours Julien, 13006 Marseille
> Voir le plan

 

Aferim!
Radu Jude – 2015, Roumanie, 1h48, VOstFR
Le sud de l’actuelle Roumanie ainsi dépeint, filmé en scope et en noir et blanc, a tout des allures du décor de western. De film d’époque il est question, à grands renforts de costumes et surtout d’un scénario découlant d’un véritable travail d’historien mené en amont par le réalisateur, qui puise ses sources dans les archives des faits divers de 1830. Mais Aferim ! est aussi une comédie satirique qui fait la part belle aux dialogues, et au fil de leurs pérégrinations et rencontres, les deux personnages ne manqueront pas une seule occasion de nous gratifier d’une langue fleurie, usant d’un vocabulaire d’une extrême richesse pour exprimer milles considérations bas-du-front au possible, proverbes vides de sens, et leçons de morale arriérée.

On se remémore longtemps le discours du bigot : «Chaque race est sur Terre pour une raison, les Juifs c’est pour tricher, les Turcs pour faire le mal ; nous, Roumains pour aimer, honorer et souffrir en bons chrétiens. Chaque peuple à ses habitudes. […] les Français aiment la mode, les Arméniens sont paresseux, les Serbes trichent et les Tziganes se font battre comme des chiens.». L’humour comme vecteur d’un discours sur l’insondable bêtise humaine, c’est la force de ce film qui s’attache à des maux qui rongent encore aujourd’hui le monde ; la xénophobie et l’obscurantisme le plus boueux, et, plus précisément et en regard de l’histoire d’un peuple, l’oppression des tziganes, puisque le terme « roms » restait à inventer il y a deux siècles.

Aux côtés de Cristian Mungiu (à qui l’on doit 4 mois, 3 semaines, 2 jours ou Au-delà des collines) et de Corneliu Porumboiu (Match retour, projeté en première marseillaise en juin dernier à Vidéodrome 2), le cinéma roumain devra désormais compter avec Radu Jude, jeune réalisateur dont le troisième long-métrage ne bénéficia pas à notre sens de la visibilité qu’il aurait mérité. Pour ceux qui l’aurait manqué le 22 octobre à l’Alhambra, séance de rattrapage le 30 janvier ! 

 

:: Les tarifs des projections cinéma

5€ la séance sans adhésion
4€ la séance avec adhésion
2€ pour les moins de 14 ans
2€ pour les séances jeune public

Adhésion annuelle à l’association : à partir de 5€
La carte 10 séances + adhésion annuelle : 40€

Ouverture de la billetterie 30 minutes avant le début de chaque séance

> Voir toutes les séances cinéma

 

Publicités