Hommage à David Bowie :: Vendredi 29 janvier à 20h

Ajoutons notre petit caillou au mausolée médiatique érigé à « l’homme aux mille visages ».
Après un court-métrage en 1963 intitulé The image, la première apparition de David Bowie à l’écran date de 1976 dans le film de Niclolas Roeg, L’homme qui venait d’ailleurs.

 

Vendredi 29 janvier à 20h
Videodrome 2, 49 Cours Julien, 13006 Marseille
> Voir le plan

 

L’homme qui venait d’ailleurs
Nicolas Roeg – 1976, Royaume-Uni, 2h19, VOstFR

Célèbre avocat américain spécialisé dans la protection des brevets d’invention, Farnsworth reçoit la visite de Newton, un mystérieux jeune homme. Farnsworth comprend rapidement que celui-ci est doué de pouvoirs extraordinaires et d’une intelligence peu commune. L’avocat accepte de travailler pour lui et, ensemble, ils bâtissent un véritable empire financier. Newton décide alors de dévoiler sa véritable identité à deux amis : il est venu d’une autre planète, bien plus avancée que la Terre en matière de technologie, pour trouver des solutions à la sécheresse qui menace de détruire les siens. L’extraterrestre se lie avec Mary-Lou, femme de chambre dans un hôtel. Il fait construire une maison et s’y installe avec elle…

:: À propos du film

Sorti en 1976, L’Homme qui venait d’ailleurs marque le début de la carrière de David Bowie comme acteur de premier plan. À voir la composition de l’artiste, on mesure combien le film lui doit : le Thomas Newton du film de Nicolas Roeg n’est pas Ziggy Stardust. Là où le chanteur s’était composé un alter ego dandy, flamboyant et glam au début des années 1970, David Bowie est, dans L’Homme qui venait d’ailleurs, une apparition diaphane, éthérée. Si on en croit les propos de Bowie lui-même, il était drogué jusqu’aux yeux durant tout le tournage, ne comprenant que fort peu ce qu’on lui faisait jouer : peu importe, en fait, tant l’étrangeté et le flottement narratifs sont des marques de fabrique, des discours véritables pour le réalisateur Nicolas Roeg.
En 1975,  Nicolas Roeg prépare l’adaptation du roman de Walter Tevis, The Man Who Fell To Earth (1963). Roeg sait très vite à qui il donnera le premier rôle féminin, celui de Mary-Lou : à Candy Clark, remarquée dans American Graffiti de George Lucas, en 1973. Mais pour le rôle masculin, il cherche… Il aurait pensé à Peter O’Toole et, plus sûrement, à Michael Crichton ( à cause de sa grande taille et parce qu’il n’était pas un acteur de métier. Crichton est auteur de romans de science-fiction, il écrira Jurassic Park en 1990). Finalement, Roeg a l’occasion de voir David Bowie dans le documentaire Cracked Actor alors tout récemment réalisé pour la BBC par Alan Yentob. Son choix est fait. Thomas Jerome Newton sera incarné par l’interprète de The Man Who Sold The World : « (…) vous pouviez tout de suite voir qu’il était différent des autres pop stars. Il semblait pouvoir changer sa personnalité à chaque nouvelle performance ».
Il faudra penser à projeter ce documentaire Cracked Actor qui a la réputation d’être un des plus grands films jamais réalisés sur une une rock star.

 

:: Les tarifs des projections cinéma

5€ la séance sans adhésion
4€ la séance avec adhésion
2€ pour les moins de 14 ans
2€ pour les séances jeune public

Adhésion annuelle à l’association : à partir de 5€
La carte 10 séances + adhésion annuelle : 40€

Ouverture de la billetterie 30 minutes avant le début de chaque séance

 

> Voir toutes les séances cinéma

 

Publicités