L’homosexualité se représente :: Samedi 16 janvier à 20h

Wikipédia définit ainsi le coming out : « Le coming out, contraction de l’expression coming out of the closet, ou sortir du placard au Canada, désigne principalement l’annonce volontaire d’une orientation sexuelle ou d’une identité de genre. »
Pourquoi près de 20 ans après sa sortie en salle, Omelette de Rémi Lange demeure-t-il aussi émouvant et troublant quand l’homosexualité, qui devrait aller de soi, demeure liée à une production de discours et d’imaginaires dont découlent encore l’aveu ? Sans doute est-ce la recherche d’une vérité de soi et sa rencontre possible ou impossible avec les autres tout autant que cette façon de s’emparer de la caméra comme témoin et objet de « bonne foi » qui fondent et l’actualité et la force de l’œuvre de Rémi Lange. Le dispositif cinématographique, un journal filmé en super 8 autobiographique, scrute, dans l’urgence de la reconnaissance, l’apparition du mensonge et de sa consistance fictionnelle dans le tremblement des visages, face caméra, soumis au jeu de la vérité et de la mise sur la table à dissection de leurs intériorités.

 

Samedi 16 janvier à 20h
Videodrome 2, 49 Cours Julien, 13006 Marseille
> Voir le plan

Séance en présence de Didier Roth Bettoni (journaliste et critique de cinéma)
En partenariat avec le cinéma Le Gyptis.

 

Longtemps censurée, la thématique de l’homosexualité n’a été vraiment développée au cinéma qu’à partir des 60’s, accompagnant les luttes associées pour les droits et la reconnaissance des homosexuels. Le cinéma est un vecteur puissant de représentations sociales qui façonnent notre appréhension des autres et qui en déjouent également les constructions sédimentées et banalisées.
Conçu en 1981, le feuilleton Dynastie pour la première fois en effet, un spectacle télévisé destiné à un public familial place au premier rang des protagonistes un personnage homosexuel. Diffusé en France entre 1984 et 1985, le coming-out de Steven Carrington dans Dynastie subit une traduction quelque peu déformée : dans la traduction française, il n’est non pas gay mais…malade.
Cette anecdote criante met en exergue la problématique de la représentation de l’homosexualité que cette programmation tente d’approcher, en partenariat avec le cinéma Le Gyptis et avec la présence de Didier Roth Bettoni, spécialiste de la question, le 15 janvier au Gyptis et les 16 et 17 janvier à Videodrome 2.

 

Gay ?
Jean-Gabriel Périot – 2000, France, 2 minUn coming-out.

 

Omelette
Rémi Lange – 1997, France, 1h18

Remi tient un journal intime a l’aide d’une camera super-8. Ce diariste d’un genre nouveau a choisi ce moyen pour informer sa famille qu’il est homosexuel : comment les membres de sa famille, face à la caméra, vont-ils réagir ? En quoi la présence même de cet objet qui enregistre la moindre de leur parole et de leur réaction va-t-elle changer l’ordre de leurs témoignages ? Quel intercesseur va être la caméra ?

 

Didier Roth Bettoni :
Né en 1967, Didier Roth-Bettoni a été durant vingt ans journaliste à la fois dans la presse culturelle et cinéma (Première, Phosphore…) et dans la presse gay, dirigeant en particulier les rédactions de Illico et Ex æquo. En 2008 et 2009, il a été à la tête de Chéries-Chéris, le festival de films LGBT de Paris. Il est l’auteur de nombreux ouvrages dont L’Homosexualité au cinéma (La Musardine, 2007), Le Cinéma français et l’homosexualité (Danger Public, 2009), L’Homosexualité aujourd’hui (Milan, 2008), ou Sebastiane ou saint Jarman, cinéaste queer et martyr (ErosOnyx, 2013). Son dernier livre, Le Grand Livre des faits divers vient de sortir aux éditions Hors Collection.

> Voir les séances « L’homosexualité se représente »

 

:: Les tarifs des projections cinéma

5€ la séance sans adhésion
4€ la séance avec adhésion
2€ pour les moins de 14 ans
2€ pour les séances jeune public

Adhésion annuelle à l’association : à partir de 5€

Ouverture de la billetterie 30 minutes avant le début de chaque séance

 

> Voir toutes les séances cinéma

 

Publicités