Guy Maddin par le trou de la serrure :: Mardi 8 décembre à 20h

S’inventer un monde. Peut-être est-ce là le premier endroit du cinéma. L’imaginaire. Le merveilleux. L’autre. L’Eros et le Thanatos. Et en cet endroit, Guy Maddin, dit déjanté, complètement barré, enfant de Winnipeg, petite ville du Canada, « une foire de mélancolie (..) où en hiver les piétons sont plus rares que les chiens errants », rêve, sonde la mémoire et revisite au gré de sa fantaisie, sa vie comme l’histoire du cinéma. A l’occasion de la sortie de son dernier film, La chambre interdite, une semaine, bien trop courte pour faire le tour de son œuvre, lui est consacrée. Ici, le cinéma est bien technique de l’imaginaire et revendique la fabrique de l’image. Ses films sont des rêves non interprétés, des fantasmes, des symptômes et prennent le pli des contes que l’on se presserait d’analyser à la lumière de Bruno Bettelheim. Guy Maddin crée de la poésie et broie du noir non sans l’amour de l’humour et de l’absurde.
La semaine s’ouvre avec The saddest Music Of the World dans lequel Isabella Rossellini, en freaks cul de jatte à perruque accrochée au glamour, lance le concours de la musique la plus triste du monde…

 

Mardi 8 décembre à 20h
Videodrome 2, 49 Cours Julien, 13006 Marseille
> Voir le plan

Entrée à prix libre

Adhésion annuelle à l’association : 5€
Adhésion de soutien à l’association : 20€
Ouverture de la billetterie 30 minutes avant le début de la séance

 

The saddest music in the world
Guy Maddin – 2003, Canada, 1h39, VOstFR

En 1933, au coeur de la Grande Dépression. Lady Port-Huntly, baronesse locale de la bière, lance le concours de la musique la plus triste du monde. Des candidats du monde entier affluent vers la ville enneigée et glaciale. Attiré par le prix de 25 000 $, chacun tente d’interpréter à sa manière la plus profonde tristesse au cours d’une compétition euphorique, largement arrosé à la bière locale, la Muskeg, et suivie à la radio par des américains qui ont soif. De retour dans sa ville natale accompagné de la belle Narcissa, amnésique et nymphomane, Chester Kent, producteur de Broodway ruiné et cynique représentera les États-Unis. Réunis à cette occasion, les trois membres de la famille Kent s’affronteront bien au-delà de la seule musique et règleront à l’occasion d’anciens secrets de famille.

« Guy Maddin cite volontiers deux cinéastes comme source d’inspiration : Murnau pour la période muette et Sirk pour le mélodrame. En voyant The Saddest Music in the World, on ne peut s’empêcher de se dire que Maddin réalise ici un film où l’expressionnisme et le mélodrame se rencontrent en un majestueux ballet cinématographique. Sur un plan visuel aussi bien que narratif, Guy Maddin a semble-t-il trouvé avec ce film un moyen d’expression privilégié de sa conception du monde et de la vie. The Saddest Music in the World est un voyage cinématographique surprenant, atypique, qui réserve de nombreuses surprises à qui voudra se laisser embarquer. » Audrey Jeamart (Critikat)

> Voir toutes les séances « Guy Maddin par le trou de la serrure »

 

:: Le partenaire de programmation

Créée en 1995, ED Distribution est une société de distribution de films arts et essais privilégiant une démarche de découvertes envers des cinéastes exigeants avec l’idée de montrer au public un cinéma différent.
Nous effectuons un travail qui prend surtout son sens sur le long terme. Ainsi nous nous occupons d’abord de la sortie des films en salles, puis de l’édition en DVD dans notre collection, mais également des ventes aux chaînes de télévision. Cette démarche nous a permis au cours des années de nouer films après films de solides collaborations avec nos réalisateurs.
À trois, nous effectuons aussi bien un travail d’attaché de presse, de programmation, de sous titrage que de promotion. Nous accompagnons un film du début jusqu’à la fin, c’est pour cette raison que nous ne sortons pas plus de quatre films par an afin de mener au mieux la sortie d’un film et son édition DVD.
Au fil du temps, nous avons su tisser un véritable lien de confiance non seulement avec la presse mais également au niveau des salles de cinéma et des festivals. Nous avons su faire émerger des auteurs importants alors inconnus comme Alex van Warmerdam, Bill Plympton, Andrew Kötting, Guy Maddin et les Frères Quay notamment.

 

> Voir toutes les séances cinéma

 

Advertisements