Séance jeune public : À hauteur d’enfant :: Dimanche 13 décembre à 16h


Ce dimanche 13 décembre, nous vous proposons de rajeunir de quelques années, et de retourner sur les bancs de l’école … maternelle. C’est dans cet univers, finalement peu connu, que nous entraîne le très joli documentaire, L’étape du papillon, de Jérome Huguenin-Virchaux, qui sera présent lors de la séance. Ce film à découvrir en famille, est un témoignage précieux et délicat sur un âge peu montré, en même temps qu’une ode au travail attentif des maîtresses.
Lire la suite

Publicités

L’oeuvre de Johan Van der Keuken en coffret dvd


« Il m’a fallu chercher les moyens justes d’un cinéma qui a son origine dans mon corps, inventer ma propre déambulation. » C’est ainsi que Johan Van der Keuken parle de sa pratique de cinéaste : une œuvre riche de plus de 60 films, un cinéma toujours réinventé, à la croisée du documentaire, de l’expérimental et de la fiction.
L’intégralité de ses films est disponible dans notre librairie, réunie dans 5 coffrets DVD, tous accompagnés de livrets de textes et de photos, et proposant également entretiens et documentaires sur le travail du cinéaste.
Lire la suite

Guy Maddin par le trou de la serrure :: Dimanche 13 décembre à 18h


S’inventer un monde. Peut-être est-ce là le premier endroit du cinéma. L’imaginaire. Le merveilleux. L’autre. L’Eros et le Thanatos. Et en cet endroit, Guy Maddin, dit déjanté, complètement barré, enfant de Winnipeg, petite ville du Canada, « une foire de mélancolie (..) où en hiver les piétons sont plus rares que les chiens errants », rêve, sonde la mémoire et revisite au gré de sa fantaisie, sa vie comme l’histoire du cinéma. A l’occasion de la sortie de son dernier film, La Chambre Interdite, une semaine, bien trop courte pour faire le tour de son œuvre, lui est consacrée. Ici, le cinéma est bien technique de l’imaginaire et revendique la fabrique de l’image. Ses films sont des rêves non interprétés, des fantasmes, des symptômes et prennent le pli des contes que l’on se presserait d’analyser à la lumière de Bruno Bettelheim. Guy Maddin crée de la poésie et broie du noir non sans l’amour de l’humour et de l’absurde.
Winnipeg mon amour est le dernier de la trilogie documentaire-fiction du cinéaste. Hommage, portrait, quête labyrinthique, le neuvième long-métrage de Guy Maddin est un subtile dosage entre souvenirs intimes et histoire du 7ème art.
Lire la suite

Guy Maddin par le trou de la serrure :: Samedi 12 décembre à 20h

S’inventer un monde. Peut-être est-ce là le premier endroit du cinéma. L’imaginaire. Le merveilleux. L’autre. L’Eros et le Thanatos. Et en cet endroit, Guy Maddin, dit déjanté, complètement barré, enfant de Winnipeg, petite ville du Canada, « une foire de mélancolie (..) où en hiver les piétons sont plus rares que les chiens errants », rêve, sonde la mémoire et revisite au gré de sa fantaisie, sa vie comme l’histoire du cinéma. A l’occasion de la sortie de son dernier film, La chambre interdite, une semaine, bien trop courte pour faire le tour de son œuvre, lui est consacrée. Ici, le cinéma est bien technique de l’imaginaire et revendique la fabrique de l’image. Ses films sont des rêves non interprétés, des fantasmes, des symptômes et prennent le pli des contes que l’on se presserait d’analyser à la lumière de Bruno Bettelheim. Guy Maddin crée de la poésie et broie du noir non sans l’amour de l’humour et de l’absurde.
A propos de Dracula, pages tirées du journal d’une vierge, Guy Maddin a dit : « J’ai décidé dès le début que j’en ferais l’adaptation la plus fidèle jamais faite. A ceci près, étrangement, qu’elle serait dansée. »
Lire la suite

Guy Maddin par le trou de la serrure :: Vendredi 11 décembre à 20h


S’inventer un monde. Peut-être est-ce là le premier endroit du cinéma. L’imaginaire. Le merveilleux. L’autre. L’Eros et le Thanatos. Et en cet endroit, Guy Maddin, dit déjanté, complètement barré, enfant de Winnipeg, petite ville du Canada, « une foire de mélancolie (..) où en hiver les piétons sont plus rares que les chiens errants », rêve, sonde la mémoire et revisite au gré de sa fantaisie, sa vie comme l’histoire du cinéma. A l’occasion de la sortie de son dernier film, La Chambre Interdite, une semaine, bien trop courte pour faire le tour de son œuvre, lui est consacrée. Ici, le cinéma est bien technique de l’imaginaire et revendique la fabrique de l’image. Ses films sont des rêves non interprétés, des fantasmes, des symptômes et prennent le pli des contes que l’on se presserait d’analyser à la lumière de Bruno Bettelheim. Guy Maddin crée de la poésie et broie du noir non sans l’amour de l’humour et de l’absurde.
Le film La Chambre Interdite est ici présenté en avant-première et accompagné par Yves Montmayeur, réalisateur de The 1,000 eyes of Dr Maddin.
Lire la suite