In (ter) dépendance au vidéoclub


On dit du cinéma qu’il est indépendant lorsqu’il est produit à l’extérieur des circuits de diffusion.
Par la négative, un film est dépendant d’un circuit de diffusion lorsqu’il est conçu pour lui, sa rentabilité, son public, son image… Un film produit par Gaumont ou par Karmitz (par exemple, et sans stigmatiser quiconque) possède naturellement son espace de diffusion. Un film indépendant, après sa réalisation, doit donc chercher des espaces de diffusion, et c’est chose ardue.
C’est une définition un peu flottante, mais c’est la seule dont nous disposions. A ce niveau de généralité, peuvent apparaître des paradoxes. Souvent en France, les films indépendants sont financés en partie par le Centre National de la Cinématographie, ce qui en fait pratiquement des films dépendants de l’État. Souvent la question de l’acteur « bankable » est posée au réalisateur, ce qui rend son film dépendant de l’engagement du dit comédien. Sans parler des préachats télévisuels…
Bref, le beau mot « d’indépendance » ne se livre pas si facilement, et du cinéma « indépendant », plutôt que de ratiociner la définition, retenons l’injonction : « qu’il vive ! », « que vive le cinéma indépendant », et qu’ainsi des auteurs puissent, de manière autonome, développer leurs œuvres.

En vérité, l’essentiel de notre fonds locatif est constitué de films indépendants, de même que l’activité de nombre de nos partenaires (cf. le dernière programmation de Survivance au Videodrome 2) est habitée par cette question d’indépendance.

La sélection que nous vous proposons met l’accent sur des films et des auteurs français ou produits en France, contemporains ou récents, des films non industriels, marginaux. Le cinéma d’Alain Guiraudie ou de Rabah Ahmeur Zaïmeche, celui d’Eugène Green ou de FJ Ossang, de Bruno Dumont ou d’Alain Cavalier, d’Arnaud des Pallières ou de Jean-Marie Straub et Danièle Huillet, de Yann Gonzalez ou de Justine Triet, de Tariq Teguia, Claire Denis, Paul Vecchiali ou Philippe Grandrieux… Comédies, films noirs, underground, horreurs, gore, science fiction, drames, films politiques, documentaires (Rouch, Ivens), expérimentations : la question de l’indépendance n’est pas celle d’un genre de cinéma, mais celle d’une attitude par rapport à la création cinématographique.

Comme figure tutélaire, film emblématique de ce qu’exige l’indépendance, parce que peut-être certains ne l’ont pas vu, ou pas depuis quelques temps, l’Atalante, de Jean Vigo, inaugure cette sélection. Et puis, Chantal Akerman.

> Pour louer des films au vidéoclub

L’Atalante – Jean Vigo
Sombre – Philippe Grandrieux
Douches froides – Anthony Cordier
Dharma guns – FJ Ossang
Rencontres d’après minuit – Yann Gonzalez
La bataille de Solférino – Justine Triet
Femmes femmes – Paul Vecchiali
Les chants de Mandrin – Rabah Ameur-Zaimeche
Du soleil pour les gueux – Alan Guiraudie
Moise et Aaron – Jean Marie Straub et Danièle Huillet
La captive – Chantal Akerman
Marguerite et le dragon – Raphaelle Paupert-Borne et Jean Laube
India song – Marguerite Duras
Mes petites amoureuses – Jean Eustache
Film socialisme – Jean-Luc Godard
Poussières d’Amérique – Arnaud des Pallières
On ne devrait pas exister – HPG
Dans ma peau – Marine De Van
Le pornographe – Bertrand Bonello
Le monde vivant – Eugène Green
Moi, Pierre Rivière – René Allio
Cités de la plaine – Robert Kramer
Le plein pays – Antoine Boutet
Les groupes Medvedkine
Le moindre geste – Fernand Deligny
Nous, princesses de Clèves – Régis Sauder
Les maîtres fous – Jean Rouch
Une histoire de vent – Joris Ivens
Zidane, un portrait du XXIème siècle – Philippe Parenno et Douglas Gordon
Visa de censure n° X – Pierre Clémenti
Soleil – Pierre Clémenti
Pork and Milk – Valerie Mrejen
Videomappings : Aïda, Palestine – Till Roeskens
Rome plutôt que vous – Tariq Teguia
L’humanité – Bruno Dumont
Pater – Alan Cavalier
Trouble every day – Claire Denis
L’ordre – Jean Daniel Pollet
Adieu, plancher des vaches – Otar Iosseliani
Avoir 20 ans dans les Aurès – René Vautier
Le rendez-vous des quais – Paul Carpita
I love snuff – Costes
Triple agent – Eric Rohmer
Nous ne vieillirons pas ensemble – Maurice Pialat
Les naufragés de l’ile de la tortue – Jacques Rozier
Ne touchez pas à la hache – Jacques Rivette
La terre de la folie – Luc Moullet
Le viol du vampire – Jean Rollin
Les trois couronnes du matelot – Raoul Ruiz
Les frères Gravet – René Feret

> Voir la sélection dans le catalogue locatif

 

Publicités