Astérides présente : portraits polyphoniques :: Mardi 13 octobre à 20h


Véronique Leblanc, commissaire d’exposition en résidence à Astérides, propose de découvrir le travail de l’artiste québécoise Emmanuelle Léonard avec deux œuvres récentes appartenant à un cycle vidéographique portant sur la question du futur.

Mardi 13 octobre à 20h
Videodrome 2
, 49 Cours Julien, 13006 Marseille
> Voir le plan

Entrée à prix libre

Adhésion annuelle à l’association : 5€
Adhésion de soutien à l’association : 20€
Ouverture de la billetterie 1h avant le début de chaque séance

 

En choisissant de s’infiltrer dans différents milieux pour la réalisation d’œuvres photographiques et vidéographiques, Emmanuelle Léonard laisse entrevoir des univers généralement clos. Dans La motivation (2007), Le beau, le laid et la photographie (2010), tout comme dans La Providence (2014), Postcard from Bexhill-on-Sea (2014) et La taverne (2015), les situations imaginées par l’artiste conduisent à la composition de portraits polyphoniques qui se jouent dans la réalité d’apprentis policiers, d’élèves d’une école privée, de religieuses, de vieillards et d’habitués d’un bar de quartier. Fondées sur une approche documentaire qui se traduit notamment par la nécessité d’inscrire ses projets dans des contextes réels, les œuvres de cette artiste, par leur forme accumulative, sérielle, plurielle, mettent l’accent sur la dimension équivoque des réalités desquelles elles s’approchent.

 

La providence
Emmanuelle Léonard – 2014, Québec, 29 min
Comment les membres des Sœurs de la Charité de Montréal, mieux connues sous le nom de Sœurs Grises, voient-elles le futur ? Dans La Providence, nous rencontrons les religieuses à la retraite dans les appartements génériques qui sont devenus leur résidence après qu’elles aient récemment quitté leur Maison Mère de 150 ans au centre-ville de Montréal. Toujours actives, elles parlent de leur travail missionnaire en Afrique et dans le Nord canadien, réfléchissent à leur mort imminente et à leur réunion avec leur époux, le Père éternel, ainsi qu’à l’avenir précaire de leur communauté décroissante.

 

Postcard from Bexhill-on-sea
Emmanuelle Léonard – 2014, Québec, 18 min
Dans Postcard from Bexhill-on-Sea, des voix off se combinent à des vues sur la mer. Déambulant le long de la côte anglaise, là où le climat est le plus doux, des personnes âgées répondent à une question : comment voyez-vous le futur ? Certains plus optimistes que d’autres, disent se concentrer sur le peu de temps qu’il leur reste. D’autres commentent nostalgiquement du manque de courtoisie et de contact humain dans le monde d’aujourd’hui, s’inquiétant pour l’avenir de l’Angleterre.

 

Plusieurs projets d‘Emmanuelle Léonard rejouent ainsi le portrait de façon à mettre en évidence le rapport fondamental et contradictoire entre personnalité et rôle social, entre singularité et uniformisation. En plus de se prêter à un jeu formel qui rappelle la photographie conceptuelle de Bernd et Hilla Becher, la structure sérielle des œuvres a pour effet d’établir une distance avec le sujet, d’en faire un sujet générique, tandis que le caractère intimiste du cadrage et l’attention portée aux signes qui trahissent l’intériorité, la pensée, mettent plutôt l’accent sur des individus agissants selon leur expérience personnelle dans une situation spécifique. Ainsi, les portraits qu’elle propose se situent entre l’individuel et le collectif, entre le privé et le public.

Le parcours artistique d’Emmanuelle Léonard compte de nombreuses expositions individuelles et collectives présentées tant au Québec qu’à l’étranger : Musée d’art contemporain de Montréal, Kunsthaus Dresden à Dresde, Neuer Berliner Kunstverein à Berlin, Glassbox à Paris, Mercer Union à Toronto, OPTICA, VOX et le Mois de la photo à Montréal, L’Œil de poisson à Québec et Expression à St-Hyacinthe. Récipiendaire du prix Pierre-Ayot en 2005 et nominée pour le Grange Prize en 2012, elle était finaliste pour le Prix en art actuel du Musée national des beaux-arts du Québec en 2014. Elle vit et travaille à Montréal.


Cette séance de projection fait écho à l’exposition Actuellement en résidence, organisée par Astérides à la Friche la Belle de Mai. Vernissage le 7 octobre 2015, à 19h, précédé d’une discussion avec la commissaire en résidence, Véronique Leblanc, à 18h. Elle est réalisée dans le cadre du programme de résidences croisées France/Québec à Marseille, rendu possible par Quartier Éphémère/Fonderie Darling, Astérides, Le Conseil des Arts de Montréal et Le Ministère de la Culture et de la Communication Français, Sous-direction des Affaires Européennes et Internationales.

Véronique Leblanc est commissaire indépendante, auteure et chargée de cours en histoire de l’art à l’Université du Québec à Montréal. Une part de sa démarche de commissaire est basée sur l’analyse de pratiques artistiques contextuelles, collaboratives ou documentaires, qui interrogent les manières dont les constructions identitaires et idéologiques participent à l’articulation de la vie commune. Elle a organisé des expositions présentant notamment le travail d’Artur Żmijewski (Pologne), Katarina Zdjelar (Serbie/Pays-Bas), Dave Ball & Oliver Walker (Royaume-Uni/Allemagne), Kaya Behkalam & Azin Feizabadi (Allemagne/Iran), Paul Wiersbinski (Allemagne), Jean-Pierre Aubé, Patrick Beaulieu, ATSA, Louis-Philippe Côté, Jean-Pierre Gauthier, Emmanuelle Léonard et Anne-Marie Ouellet (Canada). Elle remportait, en 2015, le Prix John R. Porter remis par la Fondation du Musée national des beaux-arts du Québec pour ses essais sur Emmanuelle Léonard et Artur Żmijewski. Elle vit et travaille à Montréal.

 

:: Le partenaire de programmation
Astérides soutient la jeune création à travers des programmes de résidence dédiés aux artistes et critiques d’art, à Marseille et à l’étranger et par la programmation d’expositions, l’édition de publications, l’organisation de workshops et la production d’œuvres multiples. Installée à la Friche la Belle de Mai depuis 1992 et fondée par quatre artistes, l’association est un espace relais dont la fonction est de procurer aux résidents des outils leurs permettant d’intégrer les circuits professionnels de l’art. Astérides est membre fondateur de Arts en résidence – Réseau national et membre de Marseille expos et du Cartel.

 

> Voir toutes les séances cinéma

 

Publicités