Comment sans sortir : lectures poétiques et projection autour de Gherasim Luca :: Dimanche 18 octobre à 18h


« Des paroles douces, et dès le départ scellées. La conque du silence frôle celle des récifs. D’où ce récit... » Un dimanche automnal placé sous la houlette du poète Gherasim Luca, avec la présence de trois auteurs contemporains autour de son œuvre : Julien Blaine, Cécile Richard et Laura Vazquez. Ils vous invitent à un temps de lecture de leurs poésies, suivi de la projection du film Comment s’en sortir sans sortir, tête-à-tête hypnotique avec Gherasim Luca, plongée dans la vivacité et la fugacité de sa langue.

 

Dimanche 18 octobre à 18h
Videodrome 2
, 49 Cours Julien, 13006 Marseille
> Voir le plan

Entrée à prix libre

Adhésion annuelle à l’association : 5€
Adhésion de soutien à l’association : 20€
Ouverture de la billetterie 1h avant le début de chaque séance

18h
lecture poétiques

durée totale : 30min

Cécile Richard
Si je pouvais je mettrais mon corps à la place du texte, pour faire des pirouettes et des roulades sur le fil, mais je n’y arrive pas, aussi je fais des textes, ils peuvent traverser le corps s’ils veulent, et c’est bien quand ça se passe, sinon j’attends et je recommence.
« Cécile Richard questionne dans sa pratique de la performance le territoire du quotidien. Elle exprime, avec énergie, la possibilité de la rencontre de différents champs sémantiques qui interroge notre relation à l’espace et à la parole. Plasticienne, elle réinvestit le geste pour un tutoiement avec l’acte d’écriture. Déconstructions, reconstructions qui saisissent l’évidence du geste. » Fabrice Caravaca

Julien Blaine (alias Christian Poitevin)
Julien Blaine est né en 1942, à Rognac, au bord de l’Étang de Berre, flaque de mer jadis bleu-azur, aujourd’hui marron glacé. Il vit à Ventabren et à Marseille et nomadise le plus possible.
(Dénommé aussi Christian Poitevin (patronyme) et d’une ribambelle d’autres noms.
Éditeur de Doc(k)s et d’une ribambelle d’autres périodiques.
Auteur de 13427 poèmes métaphysiques et d’une ribambelle d’autres livres et catalogues.
Exposant du sorcier de V. au magicien de M. et d’une ribambelle d’autres expositions,
a présenté en mai 2009 une importante exposition au [mac] Musée d’Art Contemporain de Marseille : un Tri.
Organisateur des Rencontres Internationales de Poésie de Tarascon et d’une ribambelle d’autres manifestations.
Fondateur du Centre International de Poésie de Marseille (C.I.P.M.) et d’une ribambelle d’autres espaces culturels.
Chantiers en cours : des journaux de bord : 2013 parution novembre 2014 2015 parution novembre 2016
A abandonné la performance en 2002 pour se consacrer à ses déclara©tions, démonstra©tions ou publia©tions…
La vie & la phrase continuent…

Laura Vazquez
Laura Vazquez est née en 1986, elle vit à Marseille. Elle publie dans de nombreuses revues dont Nioques, Doc(k)s, Aka, Le cahier du refuge, Les cahiers d’Adèle, Le journal Behind, Espace(s). Ses vidéos et pièces poétiques sonores ont été diffusées dans plusieurs musées à travers le monde (Italie, Brésil, Allemagne, Espagne, Portugal, Belgique, Etats-Unis, Canada). Elle donne régulièrement des lectures de ses textes et a participé à divers festivals de poésie, d’arts sonores et de littérature. Elle publie régulièrement des vidéos de lecture sur Internet. Avec Arno Calleja, elle co-dirige la revue Muscle.

« Il est des voix qui se taisent brutalement, la bouche et les yeux fermés par les mains indomptées du grand point final ; d’autres, dont nous percevons malgré le vent infernal des civilités et des accointances les accents qui demain fraieront le paysage (nous les connaissons déjà) ; des voix qui s’oublient dans le silence, celui-là, assourdissant, où les reconduisent les soubresauts et les hoquets de la mode (nous les connaissons déjà, nous en parlerons); et des voix qui partent « à l’assaut des frontières » : celle de Laura Vazquez, aujourd’hui. » Cyril Anton, Toute poésie est assaut contre la frontière, Poézibao, avril 2015

 

19h
Comment s’en sortir sans sortir

Gherasim Luca et Raoul Sangla – 1989, France, 55 min
En costume noir sur fond blanc, Gherasim Luca dit ses œuvres. Quelques extraits de ses textes écrits sur des cartons, l’image d’une main prenant puis reposant un verre d’eau, les encarts annonçant les titres… Sont les seuls éléments de mise en scène d’une émission dépouillée à l’extrême, uniquement centrée sur la voix lente et sonore du poète.
Filmé et mis en scène par Raoul Sangla pour l’émission Océaniques sur France 3, cette pièce est un « récital télévisuel ». Il s’inscrit dans la longue série de récitals – lectures publiques de ses propres textes – proposés par Gherasim Luca au fil des ans.

Né à Bucarest en 1913, Gherasim Luca est l’un des fon­da­teurs du groupe sur­réa­liste rou­main. Mais très vite il pri­vi­lé­gie la langue fran­çaise dans ses écrits : avant même son ins­tal­la­tion à Paris, en 1952, il écrit et publie des œuvres en fran­çais. Il élabore des livres-objets en col­la­bo­ra­tion avec d’autres artis­tes (Jacques Hérold, Victor Brauner, Piotr Kowalski et Micheline Catti, sa com­pa­gne) et réa­lise des cubo­ma­nies, col­la­ges réa­li­sés à partir de frag­ments de repro­duc­tions de tableaux célè­bres.
Chez Gherasim Luca, la poésie relève d’une quête plus que d’un accom­plis­se­ment : il s’agit pour le créa­teur de saisir la pensée telle qu’elle s’élabore dans un corps et hors d’un corps. Pour que cette saisie ne soit pas fige­ment, l’œuvre pro­pose une cir­cu­la­tion entre dif­fé­ren­tes explo­ra­tions (ver­bale et non-ver­bale, visuelle et sonore). Luca s’inté­resse à la pensée comme une matière sécré­tée par le corps.

 

> Voir toutes les séances cinéma

 

Publicités