La corruption : Leitmotiv du film policier avec « Serpico » :: Jeudi 17 septembre à 20h


Serpico est la première collaboration entre Al Pacino et Sydney Lumet : le film précède Un après-midi de chien de deux ans. New York était au début des années 70 une ville gangrénée : pauvreté, trafics, corruption généralisée. Lumet filme la descente aux enfers d’un jeune flic intègre, Frank Serpico, sur qui cette ville apocalyptique déteint. L’histoire est vraie, et Frank Serpico, 79 ans, vient de se porter candidat aux élections municipales de la ville où il vit, Stuyvesant.

Jeudi 17 septembre à 20h
Videodrome 2, 49 Cours Julien, 13006 Marseille
> Voir le plan

 

Serpico
Sydney Lumet – 1973, USA, 2h05, version originale sous titrée en français.

:: Le synopsis

Le détective Franck Serpico, grièvement blessé en mission, est amené à l’hôpital. Son supérieur hiérarchique ordonne une surveillance étroite de la chambre, pour le protéger… Onze ans plus tôt, le jeune Serpico entre dans la police de New York, plein d’enthousiasme et d’idéalisme. Mais il découvre bientôt la violence et la corruption qui constituent l’arrière-plan quotidien du métier. Refusant les « pots de vin », il est vite seul. Dégoûté, mais croyant encore en « sa mission », il se fait muter de service en service ; il s’aperçoit très tôt qu’il n’est qu’une marionnette dont les ficelles sont tirées de si haut qu’il ne peut rien faire.

:: La critique

Sydney Lumet (Douze hommes en colère, Un après-midi de chien, A bout de course, Le verdict, The offence…), est un cinéaste de la morale : qu’est-ce que tenir un engagement, qu’être fidèle à la justice, à l’idée que l’on s’en fait ? A quels périls s’expose-t-on lorsqu’envers et contre tout, on tient une position morale dans le monde ?
Il filme des don Quichotte ordinaires, enveloppés par la laideur du monde.
Serpico est l’image de la déréliction d’un homme, et un saisissant document sur New York des années 70. Il faut voir comment Al Pacino interprète cet homme que la ville transforme, mais qui s’efforce de conserver son intégrité. La musique du film est de Mikis Theodorakis (Zorba le grec).

 

Tarifs des projections cinéma :

5€ la séance sans adhésion
4€ la séance avec l’adhésion annuelle
3€ la séance avec l’adhésion de soutien
2€ pour les enfants et séances du mercredi

adhésion annuelle à l’association : 5€
adhésion de soutien à l’association : 20€

Ouverture de la billetterie 1h avant le début de chaque séance

> Voir toutes les séances cinéma

 

Publicités