La revue Jeune Cinéma est en vente au Videodrome 2


7 numéros par an, zéro photo couleur et zéro publicité, des rubriques courts métrages, festivals, patrimoine, actualité, théâtre et cinéma, dvd, livres…
Cinquante ans après sa création, alors conçue pour accompagner les programmes proposés aux nombreux ciné-clubs de lycée, la revue Jeune Cinéma est toujours présente, aussi modeste et vivace qu’à ses débuts.
Son ambition ? Sélectionner des films de qualité, faire découvrir les nouveaux cinémas de demain du monde entier, rendre visibles les chefs-d’œuvre du muet et les classiques, refuser la censure et ses restrictions et soutenir le cinéma engagé.
« Nous nous voulons indépendants de la distribution, de l’état, du goût ambiant. » (Lucien Logette, rédacteur en chef).

« La volonté de Jean Delmas (son fondateur) était de ne pas réserver l’exercice critique à des «spécialistes», mais de l’ouvrir aux amateurs, dans tous les sens du terme : les premiers rédacteurs étaient des enseignants, des animateurs de ciné-clubs, ennemis du jargon, et les pages ouvertes à toutes les bonnes volontés. En relisant les anciens numéros, on a l’impression d’une revue en phase avec ses lecteurs. »(Lucien Logette)

Jean Delmas voulait « parier donc qu’en effet il est possible — utile, de parler un langage-simple, trop simple aux yeux de certains ; d’en finir avec un jargon, qui est devenu à la critique cinématographique comme une seconde nature ; d’employer des mots difficiles quelquefois, oui ; mais seulement quand il le faut pour des pensées difficiles. » (extrait d’un article du webzine « il était une fois le cinéma »)

Aujourd’hui, la revue persiste à garder une visée généraliste, hors de toute raideur universitaire, en s’adressant au public cinéphile et averti qui fut toujours le sien. Avec une propension à explorer les marges. « D’autres revues se chargent des têtes d’affiche. A quoi bon passer en même temps que les autres un entretien avec Scorsese ou Wong Kar-wai ? Puisque personne ne s’en charge, nous préférons parler de Patrick Keiller (documentariste anglais), de Jos Stelling (réalisateur hollandais) ou de Ken McMullen (britannique), entre autres. » disait Lucien Logette lors d’un entretien pour le journal Libération.

Jeune Cinéma c’est la nouveauté, les trouvailles d’un cinéma à venir, inédit, rebelle, libertaire, jeune, enfin.

> Voir toutes les actualités de la librairie

 

Publicités