Melville chez les maîtres du Polar :: Jeudi 14 mai à 20h


Videodrome 2 vous invite à un nouveau rendez-vous mensuel intitulé « Les maîtres du Polar ». C’est Bob le flambeur que nous avons choisis pour inaugurer ce cycle car le film est le premier polar de celui qui devint un incontournable du genre, Jean-Pierre Melville.

Jeudi 14 mai à 20h00
Videodrome 2
, 49 Cours Julien, 13006 Marseille
> Voir le plan


Bob le flambeur
Jean-Pierre Melville – 1956, 1h42
+ court-métrage surprise
« Montmartre, c’est à la fois le ciel… et l’enfer. » Bob, dit le Flambeur, est un truand d’une cinquantaine d’années, possédé par le démon du jeu. Il passe ses nuits à jouer au poker. Menant une vie de noctambule, il n’a plus fait de « coup » depuis quelques années. Le fils d’un de ses amis, Paulo, lui voue une admiration sans réserve.
Bob rencontre Anne qui, à bout de ressources, est sur le point de se livrer à la prostitution. Bob lui donne un toit et de l’argent. Paulo et Anne ne tardent pas à tomber amoureux l’un de l’autre et à devenir amants.
Un jour, Bob apprend par son ami Roger que, le soir du Grand Prix, le coffre du Casino de Deauville contient des sommes fabuleuses, mais qu’il est pratiquement inaccessible. Ayant perdu au jeu, Bob décide d’organiser le hold-up du Casino. Il monte une équipe, prévoit chaque détail, minutieusement, mais une « fuite » se produit et le projet du hold-up arrive jusqu’au meilleur ami de Bob, le commissaire Ledru, à qui il a sauvé la vie autrefois. Dorénavant, celui-ci surveille étroitement Bob.
Le jour du hold-up, conformément à son plan, Bob joue au casino. Mais, pris par le démon du jeu, il oublie l’heure. Et pour la première fois de sa vie, il fait sauter la banque. La police a cerné le casino. Après une fusillade, au cours de laquelle Paulo perd la vie, toute la bande est arrêtée. Ledru arrête Bob le Flambeur, qui vient de gagner 800 millions, montant du hold-up raté !

« Ce premier polar de Jean-Pierre Melville, tourné en solitaire avec un ­minimum de moyens, rompt déjà avec la tradition toute récente de la série noire à la française. Les personnages y ont le naturel (affecté, mais nouveau) des gangsters des films américains, et l’action s’enrichit d’un regard quasi documentaire sur Bob et son quartier — le Paris populaire aura rarement été aussi bien filmé. Enfin, la matière dramatique possède l’ironie des grands malentendus tragiques : c’est en gagnant l’argent qu’il s’apprêtait à voler que Bob signe sa perte !
Le résultat est composite, annonciateur de la Nouvelle Vague (notamment par son mode de production), plus chaleureux que le hiératique ­Samouraï, mais s’appuyant aussi sur des archétypes que certains prendront pour des clichés. Sous le film de genre se cache une œuvre personnelle et maniérée… » Aurélien Ferenczi pour Télérama

 

Tarifs des projections cinéma :

4€ la séance
3€ la séance avec l’adhésion de soutien
2€ pour les enfants et séances du mercredi

adhésion annuelle à l’association : 5€
adhésion de soutien à l’association : 20€

Ouverture de la billetterie 1h avant le début de chaque séance

 

> Voir toutes les séances cinéma

 

Publicités