Séance jeune public Le voyage fantastique de Sinbad :: Mercredi 29 avril à 16h


Séance proposée dans le cadre du programme Kinetica.

Mercredi 29 avril à 16h00
Videodrome 2, 49 Cours Julien, 13006 Marseille
> Voir le plan

Entrée à 2€ + adhésion annuelle à 5€ pour les adultes accompagnants
Ouverture de la billetterie à 15h

 

Le Voyage fantastique de Sinbad
Gordon Hessler – 1973, 1h45
Un étrange oiseau survole le navire de Sinbad. Un des marins tire sur l’animal, qui lâche un objet doré. Le lendemain, l’équipage atteint Marabia, où Sinbad rencontre le Grand Vizir. Il constate que celui-ci possède un objet semblable au sien. En rassemblant les deux pièces, il découvre qu’elles représentent l’île de Lemuria, où se trouve la fontaine magique de la Destinée. Mais, pour y accéder, il manque un troisième élément, dont Sinbad se met en quête. Il doit alors affronter les pouvoirs maléfiques du magicien Koura, désireux lui aussi de percer le secret de la fontaine…

Ray Harryhausen est gourmand lorsqu’il s’agit de garnir ses films d’évasions de nombreux trucages ceux ci certainement assez onéreux. Cette décision a pour avantage et conséquence d’imposer au maître absolu des effets spéciaux des années soixante et soixante dix un metteur en scène aux ordres ainsi qu’une figuration fortement clairsemée.
Le merveilleux l’emporte devant une rationalité réduite tentant de glaner quelques regards de la part d’esprits bien plus captivés par des monstres de bois s’activant soudainement ou des temples de pierres démesurés. Le septième art aborde un courant important. C’est l’homme qui devient la toile de fond de ses aventures et non l’inverse. De ce fait aucun acteur de notoriété accepte de se glisser dans ces suites d’images le reléguant au rang de faire valoir. Le comédien au service de la valorisation des effets spéciaux ça c’est nouveau et annonce un concept plus dévorant encore en sommeil, un numérique dévastateur ou plus rien n’est réel.
En attendant soyons demandeurs de ces belles aventures exotiques bien distantes de nos quotidiens en acceptant sans l’ébauche d’un rictus moqueur la vision d’une autre manière de faire obsolète sans être pour autant ancestrale.
Du bon cinéma populaire ressuscitant l’ambiance de nos Jeudis éteint à jamais.

 

> Voir toutes les projections au Videodrome 2

 

Publicités