2 films inédits de Sébastien Betbeder :: Mardi 24 mars à 20h


Videodrome 2 invite régulièrement des films produits de manière indépendante, souvent inédits en salle à Marseille.
Mardi 24 mars, nous accueillons le fruit de la collaboration de la société de production Envie de tempête et de Sébastien Betbeder, collaboration qui a déjà donné lieu, entre autres,  au long métrage remarqué 2 automnes, trois hivers, et se poursuit par un tournage au Groenland, à partir du 23 mars (ce qui nous prive pour cette occasion d’une rencontre avec Sébastien Betbeder et Frédéric Dubreuil).

Mardi 24 mars à 20h00
Videodrome 2, 49 Cours Julien, 13006 Marseille
> Voir le plan
Tarif unique : 4 €
Ouverture de la billetterie à 19h

Inupiluk
Sébastien Betbeder – 2013, 32min
(Prix Jean Vigo 2014 – Prix du Public du Festival Clermont-Ferrand 2014– Nommé pour les César 2015 /Meilleur court-métrage)

Thomas rejoint son ami Thomas au café. Mais l’esprit de Thomas est ailleurs : il doit accueillir les amis inuit de son père, Ole et Adam pour leur 1ère visite à Paris, leur 1ère sortie hors du Groenland…

Le film que nous tournerons au Groenland

Sébastien Betbeder – 2014, 32min

Sébastien Betbeder et ses comédiens Thomas Blanchard et Thomas Scimeca se sont donnés rendez-vous au café pour imaginer le scénario du film qu’ils tourneront dans un an au Groenland, à Kullorsuaq – une suite à Inupiluk

C’est un projet un peu fou et surtout totalement drôlatique que l’association de ces deux films, qui se répondent, se suivent et annoncent un troisième. Le réalisateur s’est saisi de la capacité d’improvisation de ses deux comédiens aux mines ahuries, les deux Thomas, pour initier une aventure qui commence avec l’arrivée des inuits en France (dans Inupiluk). Cette visite est réelle, et donc s’approche du documentaire, ce qui rend Inupiluk extrêmement émouvant : c’est la première fois que Ole et Adam, les inuits, voient une mer non gelée, du sable, une ville : c’est notre monde qu’ils découvrent et que l’on revoit à travers leurs yeux. C’est très beau, simplement, d’assister à ces premières fois. Puis dans Le film que nous tournerons… on bascule dans la comédie, et cette fois c’est de rire qu’on pleure face aux facéties des Thomas !

Par ailleurs le projet se déploie, à la fois en salle et sur internet, à travers une web-série mettant en scène les deux Thomas, et un site internet dédié au Voyage à Kullorsuaq, le long métrage qui sera tourné au Groenland prochainement.

> Lire l’article de Télérama : Portrait du producteur de court-métrage en aventurier engagé

 

Publicités