L’Embobineuse a besoin de nous !


L’Embobineuse, pilier de la patate, sollicite un don pour ne pas perdre la frite.

Videodrome 2 soutient L’Embobineuse
parce-que ça fait un sacré bail que nous allons voir des concerts, des performances, des projections et autres objets artistiques non-identifiés,
parce-que c’est tellement bien que nous avons très envie de travailler ensemble concernant la programmation de notre future salle de cinéma,
parce-que c’est une initiative collective portée par une poignée de passionnés, financée à cœur perdu par ses fondateurs et membres actifs et qu’aujourd’hui plus que jamais, ces personnes folles et ces lieux atypiques sont très précieux.

> Faire un don

« La menace de fermeture est plus forte que jamais !

Depuis 2004, en plein cœur de Marseille, l’Embobineuse accueille avec patate des artistes qui ont la frite. La frite de toute la France, de toute l’Europe, la frite de toute la planète. Et la spectaculaire salle de sport-spectacle de fêter sa dixième saison d’ouverture au public: 10 ans à tenter de faire les choses à notre manière mais comme il faut, à jongler entre une force de proposition artistique sans compromis et une réalité économique compromettante.

Dix ans de lutte et de survie : l’Embobineuse, c’est 800 soirées tous azimuts, de concerts et de performances inclassables et atypiques, redoutables voire refoulables. Une décennie d’invasions sonores et visuelles, de mise en réseau de musiciens, de graphistes et de poètes hors-saisons, dans un carrefour des éthiques où se culbutent convivialité, esthétique, antipsychiatrie et amour sans limite de l’expérimentation.

Toutefois, et bien qu’habilement auto-proclamée « Théâtre de fortune », l’Embobineuse c’est pas du luxe. Si aujourd’hui c’est annuellement 180 000 € de budget autofinancé à presque 65%, 5 salariés, 150 cachets d’intermittence, 80 contrats de co-réalisation, une quarantaine de bénévoles et 4 000 adhérents, c’est aussi quelques casseroles.

Car dix ans, c’est dix ans de plus et c’est aussi 40 000 € de moins. Dix ans de soirées presque pas déficitaires qui creusent insidieusement la voie d’eau de la dette, bombe à retardement prête à faire couler le vaisseau. Désormais, plus que sur des braises, c’est en plein bûcher que l’Embobineuse navigue, et ce fichu bruit de casseroles pourrait bel et bien sonner le glas.

C’est donc avec un catastrophisme légitime que nous pouvons déclarer qu’à perdurer ainsi nous perdrons tout : les créances et leurs échéances menacent à court terme la pérennité et l’existence de notre vertueux vortex, mettant aussi en danger certains membres de l’équipée, engagés et mouillés financièrement jusqu’à la peau sur les os.

La possibilité de ne pas rouvrir en septembre 2015 pointe son nez, et l’horizon s’assombrit même au point de ne pas forcément pouvoir finir la saison, voire de fermer les portes dès le printemps. Et c’est le cul croûteux et acculés que nous vous annonçons qu’il y a le feu au lac, et que tout bien réfléchi, heu… en fait… 10 ans, c’est un peu jeune pour mourir, non ?

Voilà pourquoi nous faisons appel à votre contribution !

Aidez-nous à repartir pour dix hivers et cent printemps, dans une Embobineuse qui demeurerait une trouée dans le réel, sans pour autant creuser sa tombe ! »

Les Embobinés

> Voir l’appel à dons sur le site internet de L’Embobineuse

 

Publicités